L’amour fou du Christ

La passion du Christ reste un mystère pour la plupart des hommes et même pour certains chrétiens. Comment imaginer un amour assez fou pour affronter souffrance, abandon et mort pour les hommes, ses créatures ?

Comme le dit Paul dans la lettre aux Philippiens : « Lui, qui était dans la condition de Dieu, il n'a pas jugé bon de revendiquer son droit d'être à l'égal de Dieu, mais au contraire, il se dépouille lui-même en prenant la condition de serviteur. Devenu semblable aux hommes... il s'est abaissé lui-même en devenant obéissant jusqu'à mourir, et à mourir sur une croix. »

De nos jours où l'amour n'est qu'un moment de jouissance éphémère, où triomphent l'égoïsme, l'égocentrisme, où le moindre problème, la plus petite incartade conduit à la destruction du couple, comment appréhender la Passion ?

Nos tragédies classiques ont montré que la véritable passion est rare, exceptionnelle: que ce soit Andromaque, Phèdre, Bérénice, Médée, elles sont toutes brûlées par la passion dévastatrice et sont considérées comme des sortes de « monstres ». Nos petites âmes tièdes ont de la peine à concevoir cet amour hors norme. N'est-ce pas aussi révélateur que celles qui l'incarnent soient des femmes ? Celles qui donnent la vie sont prêtes à offrir la leur pour ce feu qui les consume.

La vie et la mort, l'amour et la mort sont liés. Nous retrouverons ces thèmes dans l'Evangile. Dieu, pour nous faire appréhender ce feu dévorant a choisi un baiser, le baiser de Judas, sceau de la mort et de la vie. Pour offrir son corps d'homme, pour se dépouiller de cette enveloppe terrestre et faire surgir la vision glorieuse du Dieu d'amour il a choisi ce symbole de l'amour, le baiser de Judas son frère, son compagnon.

Les disciples dormaient, ceux qui l'aimaient « de l'amour des hommes », ceux qu'Il a exhortés en vain : « Veillez et priez ». Cela ne traduit-il pas la faiblesse de nos sentiments et la grandeur glorieuse de l'amour divin ? Le baiser de l'homme sera le sceau de la mort de Jésus, mais aussi celui de la Vie du Christ. Il montrera Dieu dans l'expression de l'Amour fou du Christ et nous forcera à nous dépasser, à communier avec Lui dans l'Eucharistie.