Résurrection des corps Utopie ou réalité

Jésus a dit : « Je suis la Résurrection et la Vie, celui qui croit en moi, même s'il meurt, vivra. » (Jean I, 11, 25.)

Et les chrétiens affirment dans le Credo : « Je crois à la résurrection de la chair, à la vie éternelle. »

C'est un acte de Foi, la croyance en un mystère, c'est-à-dire en ce qui n'est pas encore connu.

Les idées les plus fantaisistes peuvent être imaginées. Ressusciterons-nous avec un corps d'enfant, d'adulte ou celui que nous aurons à l'heure de notre mort terrestre ? Certains chrétiens pensent que les corps ressusciteront, mais sous une forme inédite qui sera semblable à celle du Christ ressuscité. Ces chrétiens s'appuient sur la Transfiguration du Christ au Mont Thabor telle qu'elle est citée par l'évangéliste Marc (9, 2-18) : « Devant trois disciples de Jésus, le Christ fut transfiguré. Ses vêtements devinrent resplendissants, d'une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir ». Un des Pères de l'Église, au VIIIe siècle, écrit à ce sujet : « Cette mystérieuse apparition du Christ indique la condition de la vie future et du royaume de joie ». Et saint Paul, dans son épître aux Romains (8, 11) proclame : « Que la puissance de l'amour divin est telle qu'à la fin des temps, les corps eux mêmes reprendront vie. Alors, la vie atteindra sa plénitude en ceux qui partageront l'intimité de l'amour absolu de Dieu : vie, amour, bonheur, ne feront qu'un en eux, comme ils ne feront qu'un en Dieu auquel ils seront unis à jamais. » (Théo, page 898.)

Saint Paul parle de « Corps spirituel » qui caractérise bien cette réalité nouvelle apparaissant après la mort. De son côté, l'évangéliste saint Luc rapporte une Parole du Christ : Heureux qui ont été jugés dignes d'avoir part au monde à venir et à la résurrection d'entre les morts, ne peuvent plus mourir. Ils sont semblables aux anges. Ils sont fils de Dieu, en étant héritiers de la résurrection. »

François Varillon, dans son livre bien connu « Joie de croire, joie de vivre », ajoute : « Que l'essentiel de l'affirmation de l'Église est que notre bonheur éternel sera vraisemblablement une béatitude d'hommes, c'est-à-dire qu'ils seront vivants à la manière des hommes. Les liens tissés pendant la vie subsisteront, mais purifiés par l'Amour. Dieu étant Communication et Amour. Comment imaginer qu'il n'en sera pas de même avec les morts ressuscités ?

L'espérance de la résurrection est donc une espérance à vivre et à construire un monde meilleur. En travaillant à bâtir un monde plus fraternel, les chrétiens préparent l'avènement « des cieux nouveaux et de cette terre nouvelle où habitera la Justice. » (2 Pierre 3, 13.) Ils préparent leur résurrection.