Les chrétiens et la politique

L'action politique a un fantastique enjeu ; tendre vers une société dans laquelle chaque être humain reconnaîtrait en n'importe quel autre humain son frère, et le traiterait comme tel. Tout chrétien doit donc se sentir concerné par la politique. Il doit être un citoyen actif et ne jamais minimiser les résultats de son action; car le champ de l'action politique s'élargit de plus en plus, engageant une portée immédiate mais aussi à long terme.
L'Église, autrefois, incitait quelque peu à se lier à un parti; désormais, elle laisse l'entière responsabilité de leur choix aux hommes, les considérant comme des citoyens responsables. Tant et si bien que l'on entend dire que l'Église est soit trop à droite, soit trop à gauche ! Le journal « La Croix » a publié une étude d'où il ressort que 52 % des chrétiens se situent à droite et 48 % à gauche. Depuis 1970, la hiérarchie ecclésiastique témoigne d'un principe essentiel : la reconnaissance de l'importance de tout ce qui est politique et l'acceptation de la pluralité des opinions et de la diversité des nuances politiques.
L'activité politique, en quelque lieu que ce soit, étant abordée et pratiquée dans le but de parfaire le monde, y a-t-il pour un chrétien une meilleure manière d'aimer que de promouvoir un monde de justice, de paix et d'épanouissement de l'homme ? (cf. « Théo », article « Politique ».)